Les erreurs humaines


Éducation, Troubles du comportement / vendredi, juin 14th, 2019

Je dis souvent à mes clients que nos exigences sont nos échecs.

Quand on vient d’adopter un chien, d’autant plus quand il s’agit du premier, cette démarche génère autant d’attentes, de souhaits que d’exigences indépendamment du bien-être de l’animal.

Sam

On imagine aisément qu’il répond à nos envies en minimisant les contraintes qui s’imposeront à nous.

Malheureusement, une fois l’enthousiasme du début passé, le relationnel homme/chien devient souvent conflictuel.

Quand je regarde des personnes s’adresser à leur chien cela me fait de la peine pour l’animal. Quand une personne parle sur un ton autoritaire en imposant sa demande, cela me laisse bien perplexe.

Pense-t-elle que c’est la seule façon de se faire obéir par son chien ? 

Je me demande toujours pourquoi ces maîtres agissent ainsi.

D’où vient cette idée que pour l’éduquer, lui faire comprendre quelque chose il faut écraser l’individu ?

Guess

Ces agissements sont les outils utilisés pour répondre à des exigences humaines au détriment du besoin animal.

Ne serait-il pas temps que ces personnes se mettent à la place de leur chien ? C’est quand même à la portée de tous.

Si quand je donne des cours, je hurle sur mes clients lors de l’explication d’un exercice, je ne suis pas certaine que la personne gardera le sourire et sera bien à l’aise. Je vais plutôt lui donner envie de partir. Quand j’explique un exercice, je le décompose et après le cours je le reformule par écrit. Parfois les clients ont besoin de temps pour intégrer la méthode, c’est normal car c’est nouveau pour eux. Je continue à répéter mes explications jusqu’à être certaine que mon client a bien compris.

Chacun a besoin de temps pour assimiler un apprentissage, et mes clients avancent à leur rythme.

Imaginez le chien qui ne parle pas et ne sait pas lire ! Il lui en faut du temps à lui aussi pour comprendre ce que veut dire son humain.

Nos exigences humaines sont motivées par différents éléments, à commencer par un besoin de résultat lié à notre impatience.

Lors de l’entraînement ce maître va imposer, exiger et sanctionner sans beaucoup aider l’animal à comprendre. Il peut utiliser la caresse pour féliciter son chien mais jamais la valorisation de l’animal ou tout ce qui pourrait le motiver.

Source google

Ce  maître veut un résultat au détriment de l’état émotionnel de son chien. Cette personne ne pense même pas que son chien a des émotions, uniquement centré sur son objectif de résultat.

Alors il crie, hurle, tire sur la laisse, s’énerve jusqu’à ce que l’animal arrive à répondre contraint à ses attentes.

Persuadé qu’il doit dominer et qu’un résultat rapide passe par un rapport de force, il suit des conseils comme passer la lèvre du chien entre les dents et serrer quand il mordille, lever le genou contre la poitrine du chien quand il saute, lui appuyer sur les fesses pour le faire asseoir, tirer les antérieurs pour le faire coucher, et j’en passe…

Le meilleur étant de secouer un chien par la peau du cou. Et les ignorants pensent être dans la bonne méthode car le chien peut produire un comportement par évitement ou par peur d’une sanction.

Source google

Au final, ce comportement tortionnaire ne créera jamais aucun lien entre le maitre et son chien. Voir pire…

Vous avez tous déjà entendu une personne vous dire : «  il a mordu sans prévenir, on a été obligé de l’euthanasier ». Il ne s’agit en rien d’une victime humaine face à un chien méchant mais la conséquence d’une méthode non adaptée pour l’individu qui a fini par se rebeller pour y mettre un terme.

Source google

 Je suis régulièrement confrontée à des propriétaires qui jugent gênant les comportements de leurs chiens.

Soit, c’est mon métier, mais combien d’interdictions ponctuées par des « non ! » doivent-ils imposer avant de laisser une liberté ?

C’est un peu fait pas si, fait pas ça.

Sam et Guess explorant l’environnement.

C’est un maître qui n’aime pas que son chien ait la truffe collée au sol. Toujours en train de parler à son chien, il n’y a pas de temps de pause sauf quand il reprend sa respiration. Il utilise tellement le « non » que le chien ne sait même pas que le « oui » existe !

En balade il est tellement sur son dos que par habitude il ne l’écoute plus. Je crois que le chien devient sourd à force de l’entendre jacasser.

Certains maîtres n’aiment pas quand leur chien grogne. Non, il faut qu’il soit gentil avec les humains, très joueur avec les congénères, avoir une obéissance parfaite (ça fait bien d’avoir un chien qui obéit au doigt et à l’œil) mais il ne devra jamais grogner, montrer les dents, ni mordre car on n’en voudra plus.

Guess

Ces exigences humaines sont impossibles à réaliser pour le chien. Le chien parfait  pour ces personnes est en fait un objet inanimé.

Source google

Pourquoi avoir un chien si l’on ne souhaite pas répondre à ses besoins, si l’on ne veut rien partager ?

A l’opposé, il existe aussi des maitres laissant tout faire à leurs compagnons. Le chien vient combler une carence auprès d’une personne en grande demande affective et trop attachée à son chien. Elle ne lui refuse rien laissant tout faire. Finalement cette personne vit chez son chien.

Source google

Même s’il n’y a pas de mauvais fond apparent, cet excès d’attente humaine ira à l’encontre de l’équilibre du chien. En laissant des comportements débordants s’installer, elle va droit dans le mur.

J’ai fait des bilans ou l’ignorance du chien a engendré de l’agressivité à mon égard car je ne m’occupais pas de lui. Le chien ne supportait aucune frustration et se montrait agressif quand on lui refusait une demande.

Incroyable non ?

Il ne manque plus que l’humain savant rempli de certitudes et convaincu de comprendre totalement son chien. Ce dernier est persuadé des faits et n’accepte pas d’autres explications. Car il est certain d’avoir compris ce qu’il voit. C’est celui qui va disputer son chien qui a fait une bêtise en son absence. C’est sûr pour lui, le chien le sait et il pense qu’il exprime de la culpabilité au retour de son maître. Le chien ne fait pas exprès de faire des bêtises encore faut-il que pour lui ce soit une bêtise. Il ne se venge pas non plus, c’est une interprétation humaine. Il faut voir plus loin.

Peut-être que votre absence est trop longue et que pour lui c’est un moyen d’évacuer une anxiété.

A t-il assez d’activité ? Au lieu de s’énerver sur la conséquence ne serait-il pas plus important de se demander pourquoi ?

Guess

Le chien doit être compris, je crois d’ailleurs que le problème est là. On pense savoir et en fait majoritairement on ne sait rien, on ne connait rien du chien. Il est bien difficile d’interagir avec une espèce si on ne connait pas sa communication.

Les ignorants savent tout sur le chien, si ce sont eux qui donnent des conseils à tout le monde sans connaître l’individu.

Guess

Le chien est capable de penser et de ressentir des émotions (la joie, de l’excitation,, de la tristesse, de la peur même des phobies) mais il ne ressent pas de jalousie (c’est une interprétation des maîtres). Il peut avoir des phobies, des troubles du développement ou liés à une mauvaise expérience.

Le chien va répondre à son instinct, ses besoins primaires (manger, boire, se reproduire), mais il fait aussi des associations entre une situation et une réaction. Par exemple l’éternel problème du maître qui dispute son chien quand il rentre en voyant le coussin arraché. Le chien va comprendre que le retour de son maître annonce une colère, il peut alors devenir anxieux et avoir peur du retour de celui-ci.

Le chien ne peut comprendre que la colère du maître est motivé par la bêtise alors il l’associe à son retour.

Le chien n’a pas conscience de ce qui est bien et de ce qui est mal. Il prend en compte si une situation lui est agréable ou désagréable ainsi que la conséquence si elle est agréable ou désagréable.

Sam qui apprend à faire le beau avec une friandise.

Le conditionnement consiste à associer une chose qu’il a faite à une conséquence qu’elle soit négative ou positive.

Le chien a une bonne mémoire et se souvient très bien des conséquences agréables mais aussi désagréables.

C’est pour cela qu’il est important de donner une conséquence agréable au chien lors de ses apprentissages. Il fait la relation entre un évènement et les conséquences positives ou négatives qu’il entraîne.

C’est pour cela que le renforcement positif est conseillé car à chaque bonne action ou bon comportement une récompense arrive (une friandise, une voix douce, une caresse, sa balle préférée etc…).

Guess et son frisbee

Un individu motivé apprend plus vite car il prend plaisir.

Votre chien n’est pas un sac vide enrobé de poils, il a des émotions. Le chien essaie de nous comprendre au travers de nos gestes, il nous observe. Il perçoit des micros-signaux qui l’aident à comprendre nos attentes. 

Il est possible de lire les émotions d’un chien en regardant les yeux et les oreilles. Les mouvements de la queue, la position du corps et l’attitude générale sont aussi de bons indicateurs. La plupart des expressions faciales des chiens sont faciles à décoder, car elles ressemblent aux nôtres. On comprend assez bien la signification du front froncé (inquiétude), des yeux plissés (contrariété), du visage détendu (calme) et des sourcils relevés accompagnés d’un penchement de la tête (perplexité).

Sam perplexe au bruit du bisou

Les chiens utilisent souvent les cris et les bruits pour exprimer leurs émotions. Un chien heureux émet de petits sons aigus (il couine) lorsqu’il rencontre un humain ou un chien qu’il aime bien. Un doux gémissement indique qu’il veut attirer l’attention. Si l’animal est ignoré, il aboie et gémit quand il est frustré. Enfin, un chien soupire pour les mêmes raisons que nous.

Vivre avec un chien n’est pas si compliqué. Je fais beaucoup de parallèles avec l’humain afin de mieux faire comprendre les choses à mes clients.

Je conseille toujours de se mettre à la place de l’animal.

Vous avez un comportement gênant, par exemple le chien en balade qui mange tout. Je ne sais pas pourquoi mais le maître va en développer une psychose. Lors de balade il va commencer à regarder de partout et à dire non sur tout, ou foncer sur le chien pour lui retirer de la gueule. En fait je crois que le maître veut apprendre à son chien à mordre.

Si vous trouvez 50€ par terre et que je vous fonce dessus en hurlant et en essayant de vous prendre les billets des mains j’ai une chance sur deux de me prendre une baffe ou que vous cachiez vite le billet pour ne pas vous le faire prendre. Et voilà comment un chien a avalé un corps étranger.

Ne serait-il pas grand temps de lui apprendre correctement et d’entraîner votre chien ?

De plus votre  psychose à regarder de partout, a modifié votre comportement et donne des indications à votre chien qu’il y a des choses à trouver au sol. Vous n’avez pas besoin de parler pour que votre chien comprenne, vos attitudes lui disent. Alors il va encore plus coller sa truffe au sol et chercher le Graal.

En fait, vous devez utiliser, stimuler et mettre à profit l’attention que votre chien vous porte.

En  éducation il est important de faire travailler le chien. C’est à lui de trouver la bonne réponse et à nous de l’encourager dans la réussite.

Pour l’apprentissage du assis de votre chiot, profitez du moment du repas pour prendre une croquette et la lever (pas trop haute) au niveau du museau du chien. La tête étant plus légère que les fesses, votre chien va s’asseoir. Libérez la croquette à ce moment là. Il faudra le faire une cinquantaine de fois. Votre chien commence à intégrer que la main au dessus de la tête est le signal, il va donc s’asseoir pour avoir sa friandise. Par la suite utilisez le signal visuel (la main au dessus de la tête) et votre chien s’essayera. Quand le geste sera bien acquis vous allez pouvoir lui dire le signal verbal « assis » avant le geste et faire le geste. Le chien va comprendre que le mot et le geste sont sur le même comportement. Il faut privilégiez la gestuelle qui sera par la suite associée à un mot. D’abord entraîner le chien avec le geste. Commencer par les mots met déjà votre chien dans une grande difficulté.

Sam

Et voilà un apprentissage appris en moins de cinq minutes avec une belle motivation à la clef. Et cela doit être fait pour tous les apprentissages.

Je rencontre beaucoup des problèmes de chiens qui sautent. Pour le chien cela peut-être une façon de vous accueillir. Si vous le regardez, que vous le caressez vous êtes fichu car vous renforcez son attitude qui deviendra pour lui un apprentissage. Votre chien apprend que c’est bien de sauter. Il va aussi le généraliser à tous les humains. Et là j’entends « non ne saute pas »,  « arrête! », « stoooop ! »

heu… C’est trop tard si vous vouliez éviter le saut! N’oubliez pas que vous avez appris à votre chien de se comporter ainsi. Il faut être cohérent, si vous êtes d’accord pour qu’il vous saute dessus quand vous êtes en jogging, il le fera aussi quand vous serez bien habillé. Il faut aussi discipliner les invités afin qu’ils ne tendent pas la main et encore moins caressent le chien qui va venir les accueillir en sautant.

 Que faire ? Entrainez le chien, changez cette mauvaise habitude. Dans l’entraînement vous devez intervenir avant le saut et non pendant. Si vous dites à votre chien « assis » quand il a les antérieurs sur votre poitrine, vous lui apprenez à s’asseoir après le saut. Souvent il est conseillé de s’immobiliser et d’ignorer le chien, cependant cela peut devenir désagréable à subir (mais ça marche). Une astuce que vous pouvez essayer et il en existe d’autres, jetez une poignée de croquettes avant que votre chien saute pour rediriger son comportement au sol.

On intervient sur l’intention du chien.

Je pense que pour éduquer un chien il faut rentrer dans son monde, comprendre l’espèce canine, la connaître pour mieux communiquer.

Je vous invite à toujours vous mettre à la place de votre chien et d’arrêter d’interpréter ou de prendre des raccourcis.

Un bon éducateur est dans l’observation, l’écoute et l’approche dans le respect de l’animal.

Et si vous basculez dans l’énervement avec votre chien, je vous invite à contacter un professionnel qui vous accompagnera et vous guidera dans la connaissance de votre chien. 

Rentrez dans le monde de votre chien et votre relation va se transformer.

Le premier éducateur de votre chien c’est vous !

Guess et moi


Une réponse à « Les erreurs humaines »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *